Pas normale activité

Cher élève d’une certaine classe,
C’est avec beaucoup de tristesse que j’ai appris ta disparition en cette belle journée de janvier et j’avoue que j’ai encore beaucoup de mal à m’en remettre 🙁 .Cela faisait déjà quelques temps que je te trouvais fatigué, démoralisé, absent mais je me rassurais en me disant que mes encouragements et petites attentions suffiraient à te booster. Tu avais déjà eu l’occasion de me parler de ta souffrance à supporter le bruit, le bavardage, le laxisme de tes autres camarades. Tu m’avais même confié tes angoisses à venir le matin en cours et je t’avais promis de prendre des mesures afin de restaurer une ambiance propice au travail. Après coup, je me remémore tes longs mois d’agonie à essayer d’être la tête de classe, à aider les plus faibles. Tu arrivais même à ignorer les « sucè » et autres commentaires désobligeants quand tu levais le doigt pour affirmer que « Oui, Madame. Vous avez donné du travail à faire pour aujourd’hui ». J’avais beau hurler, menacer, punir, rien n’y faisait, l’ambiance de classe se détériorait à vue d’œil. Ton départ a été sûrement précipité par celui de ta sœur d’arme dans un autre établissement, qui n’ayant pas ton mental et ta force de caractère, a préféré quitter le navire afin de sauver sa propre existence. Je m’en veux de ne pas avoir su te préserver de la connerie, de n’avoir pas pu te protéger avec les armes qui étaient miennes . Et c’est avec une profonde tristesse que j’ai vu, ce matin, la lumière de motivation s’éteindre dans tes yeux. J’espère qu’un jour tu pourras me pardonner. 
Vas et que ton cerveau repose en paix .

Article lu 29 fois

Face-cussions

réactions

Laisse un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :