Passe ton chemin…de croix

Cher élève d’une certaine classe,

C’est avec un bonheur non dissimulé que nous nous sommes quittés la semaine dernière en nous promettant mutuellement de passer d’agréables vacances. Bien que très touchée par ta proposition de crabes avec présentation à l’appui, je préfère ne pas entacher nos rapports avec un quelconque aspect financier. La discrétion n’étant pas ton fort, tes petits camarades seraient alors  tentés de me refourguer des portables sans garantie ou des bijoux  dorés sans provenance.

Aussi ne te vexe pas que je décline ton offre de financer ta toute nouvelle tablette et mets à profit tes talents de chasseur pour attraper quelques indications concernant le devoir que tu dois remettre à la rentrée.

Comme tu as pu le constater, notre île est assez petite et bien que je redoute ce moment qui se produit chaque année, tel une Bella qui découvre au deuxième épisode la vraie nature de Jacob, tu as découvert aujourd’hui mon humanité.

Je te rassure, je n’attenterai pas à ta vie mais je lis dans ton regard que des explications s’imposent : contrairement aux légendes qui circulent, il m’arrive également de manger (d’où ma présence dans un hypermarché) et de boire (toutes les girafes ne s’appellent pas Sophie 😉 ). Je ne suis pas nyctophobe  (non, ce n’est pas la peur de niquer ta mère !!), encore moins agoraphobe (oui, je suis sur les photos de la Mercury Beach) et l’anneau qui est à mon annulaire gauche n’est pas un clin d’œil à la saga de Tolkien.

Le choc que tu as eu ne te donne pas le droit de me tutoyer, de me faire la bise et encore moins de me prendre en photo pour aller la poster sur ton mur. Si tu ne sais pas ce dont les gens sont capables s’ils se sentent menacés, imagine qu’avant Jésus ne savait pas et aujourd’hui il est fixé.

Article lu 8 fois

Face-cussions

réactions

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :