Fast and Curious

Cher élève d’une certaine classe,

Sur le chemin de l’école, j’ai été choquée de constater qu’après avoir doublé une grosse cylindrée bleue roulant à petite allure (60 sur les 90 km/h autorisés) le conducteur, sans doute vexé d’apercevoir une silhouette féminine au voulant d’une petite voiture, a pris son courage à deux pieds pour retrouver en 3 minutes (tout de même) son honneur perdu. Je me suis de suite interrogée sur les mécanismes du cerveau humain qui poussent un mouton à devenir un SUPER mouton. Quelle carotte pouvais-je bien agiter devant toi pour que ta motivation soit à son maximum ?

 C’est alors que je t’ai lancé le défi fou fin avril, de répondre à toutes tes questions si tu venais jusqu’au bout de l’année scolaire. Après tout je t’avais bien demandé en début d’année de remplir une fiche de renseignements avec tes notes en Maths, les informations sur ta famille et tes souhaits éventuels de carrière. Pourquoi pas me faire violence et accepter, juste quelques instants, de me retrouver en salle d’interrogatoire.

A ma grande surprise, non seulement tu viens à mon cours (accompagné de quelques 17 makrèls !!!)  mais, contrairement à moi, tu n’oublies pas la promesse faite ; c’est donc le sourire aux lèvres que tu arrives ce matin, confiant de percer le mystère de mon existence. Réalisant au bout de 30 minutes que j’ai seulement l’intention de finir ma séance d’exercices de synthèse, tu commences à manifester ton impatience et me demandes d’honorer mon engagement. Comme toute bonne négociatrice, j’arrive à te convaincre de terminer l’exercice commencé et te propose les 15 dernières minutes du cours afin de répondre le plus honnêtement possible à tes questions et faire taire les plus folles rumeurs me concernant ; tes formules n’étant qu’un lointain souvenir, tu n’auras finalement que 5 minutes pour boucler ton interview.

Ainsi tu apprends mon prénom, ma date de naissance (NON, je n’ai pas 54 ans !!! ), ma situation amoureuse (il ne suffit pas de fréquenter un personnel mâle pour me maquer avec) et familiale (tes yeux de lynx avaient déjà capté la présence d’un siège auto). Ton visage s’éclaire une fois que tu connais ma ville d’habitation ; tu éprouves même de la compassion face à mon manque de motivation le matin.  Maintenant que tu sais aussi que j’ai un compte Facebook, tu vas peut-être y consacrer une partie de tes vacances et pour ce qui est de la bise quand on se croise, ce ne sera envisageable que seulement si tu as ton bac avec mention. Après tout, comme disait mamie Thérèse “La vie est un défi à relever, un bonheur à mériter, une aventure à tenter.”

Article lu 18 fois

Face-cussions

réactions

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :