Diplôme Maths

Cher élève d’une certaine classe,

Alors que la polémique enfle en France sur l’infaisabilité de certaines questions d’épreuves et que les pétitions visant à obtenir réparation fleurissent comme les jambes des filles un jour de canicule, je dois dire que j’admire la dignité dont tu as fait preuve lors de la composition de maths.

En effet, m’emparant frénétiquement du sujet en rabe, je me suis installée  au fond de la salle et j’ai décortiqué minutieusement toutes les questions de tous les exercices. J’ai retenu mon souffle en découvrant les dernières nouveautés et j’ai prié d’avoir développé ton mental de battant avec la foultitude d’énoncés différents que j’ai pu te proposer tout au long de l’année. Cependant, une fois ma lecture achevée, je n’ai pas pu te rassurer du regard car il me semble que les concepteurs du sujet 2015 ont encore cherché à donner du piment à un bac injustement taxé de cocotier.

A part une légère crispation de la main et tes yeux levés au ciel en une déformation sourcilière prononcée, tu as fait preuve de ténacité et tu as lutté contre l’envie de prendre la tangente au bout d’1h01, non sans t’être posé maintes fois la question «  POURQUOI tant de haine ??????? ».

C’est précisément l’interrogation que j’avais quand mon collègue est venu deux jours après m’apporter une convocation fraîchement imprimée m’invitant à me rendre dans l’après-midi même au chevet de vos copies. Quoi de plus traumatisant pour une prof (qui avait déjà réservé son billet pour faire les soldes) que de pénétrer les méandres du cerveau d’un futur bachelier paniqué et de recommencer cela 36 fois d’affilée.

Mais finalement, l’expérience a été moins déplaisante que prévu ; j’ai souri en découvrant ta réécriture des différents théorèmes de base, tes pensées philosophiques concernant une récurrence par hérédité initialisée et ta démonstration engagée : dire qu’une fonction est positive parce que son maximum est 10, c’est un peu comme dire que Muriel est la taupe parce qu’elle porte du violet !

Mais ne t’inquiète pas, je serai indulgente pour la notation et si tu t’es donné à fond dans les autres matières, tu l’auras ton bac. Alors ne laisse pas ce fâcheux épisode te dégouter des maths et te faire renier l’amour naissant que tu éprouves pour la matière. Car depuis le temps que je prépare le terrain de la connaissance, je peux dire que c’est en se plantant qu’on devient cultivé 😉

Article lu 27 fois

Face-cussions

réactions

Laisse un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :