Ciné,quoi! Non?

Chère élève d’une certaine classe,

La patience étant une des qualités essentielles pour durer dans ce métier, je n’hésite pas à l’étirer dès que j’en ai la possibilité. Ainsi j’ai testé l’achat de cadeaux à la Galléria la veille de Noël, la réclamation d’une taxe d’habitation un jour de date butoir aux impôts et l’inauguration d’un Burger King après plus de 15 ans d’absence. Cette année, ayant largement entamé mon budget par des voyages de courte durée, je me contente de profiter des nombreuses activités que propose ma chère île pendant les grandes vacances. Je me rends à la plage, aux festivals culturels et musicaux, je marche à la découverte de spots sauvages et fabuleux, j’observe le tour des yoles et occasionnellement, quand le navet n’est pas trop long (contrairement à la queue), je vais au cinéma. J’ai donc expérimenté une grosse production américaine un jour de sortie à Madiana.

S’il y a quelques années ma plus grande crainte était juste de trouver un siège en face de l’écran, aujourd’hui passer un bon moment dans la salle obscure me paraît aussi improbable que de voir dévoiler les nouveautés en matière de moteurs à la prochaine Mercury. Dorénavant je me résous à squatter les premiers rangs dans l’espoir de fuir les dégénérés du dernier rang et les hordes d’hyènes se repaissant de pop corn et autres friandises à emballage bruyant. Mais comment fuir ton débarquement quand les places se font rares?

S’il est vrai que je ne t’ai pas reconnue dans la pénombre de l’entracte, le hasard a voulu que tu t’asseyes juste à côté de moi et que tu me rappelles que j’ai été ton prof. Je suis ravie que tu ais trouvé ta voie et que tu sois maman d’une petite fille de 4 ans mais quelle idée de l’emmener voir un film interdit aux moins de 10 !!!  Inutile d’injurier le héros quand il décide d’entrer seul dans l’immeuble qui menace de s’effondrer, il ne t’entend pas. Vu le salaire qu’il touche pour l’occasion, il pourrait y aller en talons aiguilles déguisé en fourmi un soir d’Halloween que je ne bougerais pas de mon siège (contrairement à ma sœur ;-)).  Alors arrête de répondre à ton portable en racontant le fil de ta journée, comprends qu’avec tout ce bruit ta puce ne va pas dormir et ramasse tes déchets quand tu quittes la salle. Il y a des élèves qui m’ont marquée par leur sérieux, leur besoin de se démarquer des autres (mariole ou fayot de service), leur vivacité d’esprit, leurs prises de bec avec moi. Je me souviens maintenant pourquoi je t’ai zappé de ma mémoire…tu es comme une école en juillet : aucune classe !

Article lu 12 fois

Face-cussions

réactions

Laisse un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :