Echange de banalités

Cher élève d’une certaine classe,

Comme tu as pu le constater depuis le début de notre collaboration, je ne suis pas une très grande fan des déclarations d’amour (« Madame, on vous aime !!! ») et autres marques d’affection qui impliqueraient un transfert quelconque de l’autorité de tes parents (« Madame, est-ce que vous nous aimez ? »). C’est ma manière de ne pas passer d’une famille certes petite mais équilibrée à une horde de nouveaux nés qui se prennent pour des adultes mais qui nécessitent un suivi particulier juste pour passer d’une salle à l’autre. Alors pour cette rentrée, j’ai fait en sorte que toute ambiguïté soit levée.

J’ai d’abord fait la prière secrète qu’on t’ait livré un cerveau opérationnel et que Barbe Blanche t’ait enfin apporté une vraie calculatrice (avec des piles que tu aurais piquées dans le drone offert à ton frère) . Je t’ai souhaité la bonne année, la santé, la réussite pour ce que je prédis être tes lonnnnnngues études. Une fois les banalités échangées, je n’ai pu m’empêcher de te dire de prendre une feuille histoire de vérifier ce que je savais déjà : tu n’as ABSOLUMENT pas bossé pendant les vacances et tu  pensais juste qu’on allait se regarder et causer. Ainsi sont stoppées net tes ardeurs de me raconter que tu m’as vu dans un supermarché avec ma famille, dans un chanté Noël m’égosiller ou à la plage me dorer la pilule.

Alors ne me demande pas si j’ai passé de bonnes vacances, si vous m’avez manqué, si j’ai corrigé vos copies. Je suis revenue devant vous et ça, c’est déjà un exploit ! Alors en attendant le Carnaval, permets-moi dès demain de faire mon Robinson Crusoé et d’attendre Vendredi.

Article lu 16 fois

Face-cussions

réactions

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :