Ne t’en prive pas!

Cher ancien élève d’une certaine classe,

J’ai pu lire sur les réseaux sociaux que les enseignants martiniquais devraient avoir honte de leur mouvement, que  tu es le seul à t’inquiéter de l’avenir de ta progéniture et que tu es dégoûté de les avoir mis dans le public ; je ne sais pas si tu es atteint du syndrome de Stockholm pour avoir choisi de reproduire un schéma dont tu as été toi-même victime ou si c’est parce que tu as été touché ( pas rectal pour le moment) dans ton éducation non payante par un, ou plutôt des enseignants qui t’ont fait aimé une matière, ont cru en toi et t’ont donné les outils nécessaires pour devenir le beau jeune homme à la conscience éveillée que tu prétends être.

Dans l’attente de cet adieu programmé, je t’invite dès maintenant à réserver leurs places dans un de ces super établissements qui, s’ils ont la côte, ne dénombrent qu’une quarantaine d’élèves par classe tous transfusés avec des cours particuliers ou sinon regorgent de professeurs exploités,  hyper motivés, qui sauront raviver leurs flammes quiche…minent plutôt du côté des jeux vidéos et autres écrans connectés quand on a le bonheur de les avoir en face de nous. Face à leur départ, je te promets, je retiendrai mes larmes.

Quand tu iras acheter les fournitures scolaires sur ta nouvelle liste, n’oublie pas d’y inclure un gros pot de lubrifiant afin de faciliter l’absorption de toutes les merveilleuses réformes que ce gouvernement a concoctées pour toi. Comme je t’envie cette nonchalance avec laquelle tu suis le journal télévisé t’annonçant que des incapables prennent des décisions qui vont fracasser tous les acquis sociaux et permettre aux plus riches d’avoir plus d’argent qu’ils n’ont d’années pour le dépenser !

Imagine un monde virtuel où on sert du poison à manger à tes enfants…zut, c’est déjà le cas. Pourquoi pas une terre où on leur fait respirer des produits toxiques…merde, déjà fait ! Imagine alors une vie dans laquelle tu choisis un travail que tu aimes, qui nécessite de travailler avec une centaine d’enfants (tu en as 3, petit joueur !)  dont chaque parent voudrait un suivi personnalisé, métier que personne ne veut faire mais pour lequel tes « amis » t’appellent régulièrement pour te dire que tu ne fous rien de tes journées; ton N+3 te demande sans préavis de te former à une compétence qu’il ne t’a jamais pas apprise et dont tu cherches toujours la finalité et, du jour au lendemain, il te fait une balayette pour mettre les choses à plat, te met en compétition coutelas à la main avec tes potos (Suis-je bête, tu joues déjà à Fortnite !), te rallonge tes journées à grand coup de réunionites aigües et te paie au lance-pierre l’avant dernier jour de chaque mois sans jamais t’avoir augmenté en 10 ans… Avoue, ça commence à piquer tes yeux.

C’est vrai que ce n’est pas très fairplay de notre part qu’on parle enfin de nous dans 4 journaux après 6 semaines de blocage alors que nos camarades du froid se prennent des gaz lacrymogènes, les élèves sensibilisés sont placés systématiquement en garde à vue pour des sitting pacifiques dans un silence médiatique assourdissant. Les E3C se déroulent sous la surveillance de ta boulangère, des gendarmes sans infirmière scolaire présente en cas de pépin et c’est comme ça! Le temps que ta dernière passe le bac, son diplôme aura autant de valeur qu’une voiture diesel au salon de l’écologie.

Alors souffre que la  petitesse de mon île ne définisse pas la grandeur de mon combat. Supporte que je n’attende pas sur le voisin pour savoir si c’est de la merde que l’on me sert et réalise enfin que tu ne sais plus ce que le mot « solidarité » veut dire. Pour finir je t’invite à te demander quel exemple tu veux être pour tes enfants :  celui d’un mec focalisé sur sa réussite personnelle et qui ne se préoccupe que de sa famille ou l’homme qui se pose deux secondes pour essayer de faire le pays avancer, même si ça veut dire sortir les gens de leur torpeur.

Si Zozibini s’était présentée à Miss Univers avec ta mentalité de perdant en se disant « Je suis noire, j’ai les cheveux courts et crépus, c’est déjà bien que je sois arrivée jusque là », penses-tu qu’elle aurait gagné ?

Ave tocard, moribundi fessi magistri te salutant(*).

(*)Salut tocard, les professeurs fatigués et mourants te saluent.

Article lu 869 fois

Face-cussions

réactions

Commentaires (2)

  1. Mamimi

    Je suis particulièrement sensible à cet article et j’applaudis à ton coup de gueule… Il résume tant de choses. Bravo !!! Continue à écrire : ça me fait un bien fou…

    Répondre
  2. Moon

    Je ne vais pas réécrire ce qui l’a déjà été. Alors merci. 👍🏽👏🏽👌🏽

    Répondre

Laisse un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :