Examen prénatal

Cher élève d’une certaine classe,

J’ai bien senti dès la première nausée matinale de la fin du mois d’août que ma vie allait être chamboulée. Les jours suivants j’ai continué à me sentir fatiguée, angoissée, irritable. Voir une publicité promotionnelle spéciale prérentrée me donnait des vertiges et passer devant une vitrine avec des uniformes d’écoliers me faisait fondre en larmes. J’ai donc décidé de consulter mon supérieur hiérarchique lundi 1er septembre qui m’a confirmé que j’attendais des quadruplets. Je ne peux pas dire que j’ai été surprise vu la difficulté que j’avais à m’habiller ces derniers temps (abus de restos et invitations en tout genre) mais j’en espérais moins. Fini grasses mat’, garden et sable chaud ! Bonjour embouteillages, copies et manque de dodo.

Une fois que je me suis accordée avec l’équipe pédagogique sur l’attention que nous allions te porter tout au long de l’année, j’ai commencé frénétiquement à préparer ta venue : salle équipée anti-bruits avec ciseaux à bouts ronds, annexe de la Librairie Antillaise (crayons, gommes, mouchoirs), pharmacie personnelle mise à jour (Berocca, Fervex, Drill et Doliprane) et l’indispensable calendrier où je barre les semaines qui me séparent de mes prochaines vacances.  C’est donc avec le cœur serré et les chevilles enflées (d’abandonner mes tongs) que je m’apprête, dès lundi, à commencer une nouvelle aventure avec toi.

Même si je n’ai pas encore vu le petit bout de ton nez, je t’imagine déjà poli, sérieux et volontaire. Si c’est le cas tu peux être sûr que tu nageras en plein bonheur. Sinon avant la fin de ma période de ges(ta)tion, je peux te garantir que ta tête connaîtra les forceps 😉

Article lu 17 fois

Face-cussions

réactions

Laisse un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :