Vas, vis et deviens

growing up kids GIF by SoulPancakeCher élève d’une certaine classe,
Je sais que cette après-midi est la première fois où tu réalises que le VRAI bac est lancé et que tu n’auras pas droit à une deuxième chance ou un devoir de rattrapage pour remonter la note, si tu te loupes, de ton épreuve de Français. Tu as probablement subi, depuis hier soir, les différents reportages parlant du lancement de la session 2018 à grand renfort de nombre de candidats et autres pourcentages de réussite. Il y a aussi cette télé réalité consistant à décrire la journée type d’une bonne élève se préparant correctement pour cette semaine de festivités et les fameuses questions-réponses concernant les médicaments autorisés et autres pilules miracle censées booster ton intelligence et accroître tes capacités, même de dernière minute.
Difficile de s’identifier quand tu sais que tu n’as pas travaillé de manière régulière toute l’année, qu’au dernier type bac tu te vantais d’être sorti au bout de deux heures sur les quatre, non sans avoir beuglé à l’attention de tous tes camarades « Man ka flex’» et en les traitant de tapettes pour être restés jusqu’au bout. Quel changement d’attitude quand je te regarde maintenant, avec tes cheveux soigneusement coiffés, ta pièce d’identité avec une photo de lilliputien tellement pré-pubère et innocent que je me retiens de sourire en réalisant l’adolescent rebelle que tu es devenu !
Je ressens ton manque face à ce sevrage forcé de manipuler ce portable qui nous a causé tant de disputes, je devine ton inconfort d’être, pour une fois, cloué sur une chaise ; tu aurais bien envie d’aller aux toilettes toutes les heures mais vu que tous les regards sont braqués sur le moindre mouvement, tu sais que tu n’auras droit qu’à une chance si tu ne veux pas qu’on te traite d’incontinent. Tu essaies de tromper l’ennui comme tu peux : Tu bois de l’eau, t’essaies au yoga, t’improvises coiffeur de mèches rebelles et parfois graffeur sur papier brouillon pour finir critique littéraire, prenant cet air pénétré en relisant et en surlignant des paragraphes du sujet.
Finalement le plus con de l’histoire est que même si tu réussis ton épreuve et que ta production est digne des plus grandes œuvres littéraires du moment, ta copie sera jugée par un seul correcteur qui ignore tout de toi et elle se résumera à une note sans commentaire. Alors applique-toi, relis-toi, bichonne-la et mets-y beaucoup de « feeling », même si le style est comme les ongles : il est plus facile de l’avoir brillant que propre.

Article lu 63 fois

Face-cussions

réactions

Laisse un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :